Skip to content
Aperçus > Médias

Le passage de la télévision analogique à la télévision numérique

5 minutes de lecture | Novembre 2009
DTV2

Sam Sewall, directeur de recherche, The Nielsen Company

RÉSUMÉ : Le 12 juin 2009, la Federal Communications Commission (FCC) a imposé que tous les signaux de télévision basés aux États-Unis soient transmis en numérique. La grande majorité des foyers américains (97,5 %) étaient préparés à la transition numérique dans la semaine précédant la coupure de l'électricité. Les données de Nielsen montrent que les foyers non préparés étaient plus susceptibles d'appartenir à des minorités, d'être plus jeunes, d'avoir des revenus plus faibles et d'avoir un accès à Internet. La plupart des foyers ont fait l'acquisition d'un boîtier de conversion numérique pour préparer leur télévision au changement.

Le 12 juin 2009, la FCC a demandé à toutes les stations de télévision analogiques américaines de grande puissance d'éteindre leurs signaux et de passer à une transmission exclusivement numérique. L'examen du processus - et des progrès réalisés - au fur et à mesure que les téléviseurs se préparaient à l'arrêt de l'analogique révèle l'impact sur l'audience des stations qui ont éteint leurs signaux analogiques.

La plupart des foyers américains étaient prêts pour la conversion au numérique...
Prêt pour le changement

À l'échéance du 12 juin, la plupart des foyers américains étaient prêts pour la conversion au numérique. Dans la semaine précédant le passage au numérique, on a constaté une forte baisse du nombre de foyers qui n'étaient absolument pas prêts (seulement 2,5 % des foyers américains). Et depuis le 4 octobre, ce nombre a été réduit à 0,5 %. Les foyers qui n'étaient pas du tout prêts étaient plus susceptibles d'être afro-américains, hispaniques ou asiatiques, d'être plus jeunes, d'avoir des revenus plus faibles et d'avoir un accès à Internet.

DTV_Chart 1

À la fin du mois d'août, près des trois quarts des foyers qui n'étaient pas prêts à recevoir la télévision numérique avaient opté pour un boîtier de conversion numérique, 18,2 % s'étaient abonnés au câble et 7,5 % à la télévision par satellite. Le faible niveau de revenu des foyers totalement non prêts les a probablement conduits à s'abonner au programme de coupons pour les convertisseurs, financé par le gouvernement fédéral, plutôt qu'à s'abonner au câble ou au DBS.

DTV_Chart 2

Les foyers non prêts ne représentaient que 1 à 2 % de l'écoute totale de la télévision...
Non prêt et peu utilisé

En général, les foyers non prêts ne représentaient que 1 à 2 % de l'écoute totale de la télévision avant la transition du 12 juin. Les téléviseurs qui n'étaient pas prêts pour la transition numérique ont été regardés environ un tiers du temps par rapport aux téléviseurs prêts. Les téléviseurs non prêts étaient regardés en moyenne 1,5 heure par jour, tandis que les téléviseurs prêts étaient regardés 5,1 heures par jour. Et au cours de la semaine précédant l'arrêt de la diffusion analogique, près de 60 % des téléviseurs non prêts n'ont pas regardé la télévision du tout.

Les appareils non prêts se trouvaient généralement dans des pièces qui ne sont pas des points de mire de l'écoute de la télévision, comme les chambres secondaires, les cuisines et d'autres endroits. L'emplacement de ces appareils correspond au fait qu'ils étaient moins utilisés pour regarder la télévision.

DTV_Tableau1

De manière surprenante, le profil d'âge des foyers non prêts est plus jeune que les chiffres de l'ensemble des États-Unis. Plus de la moitié des téléspectateurs des foyers totalement non prêts avaient moins de 35 ans - une comparaison frappante avec les statistiques de l'ensemble des États-Unis, où environ un tiers des consommateurs font partie de cette cohorte d'âge. Et les foyers non prêts avaient moins de la moitié de chances d'avoir plus de 55 ans que le public des foyers américains totaux.

DTV_Chart3

Les chaînes de télévision qui sont passées au numérique n'ont connu qu'une baisse de 8 % de leur part...
Impact sur l'audience

Au total, les stations de télévision qui sont passées au numérique n'ont connu qu'une baisse de 8 % de leur part de marché immédiatement après l'arrêt de l'analogique. La moitié de cette baisse est attribuée à la perte d'écoute des foyers qui n'étaient absolument pas prêts pour la transition vers le numérique. De plus, 13 % de l'audience antérieure de ces stations provenait de foyers possédant au moins un poste non prêt et un poste prêt. Il est probable que les stations ont également perdu une partie de l'audience de ces foyers partiellement non prêts.

Les stations qui ont changé de position de canal, passant de UHF (ultra haute fréquence) à VHF (très haute fréquence), ont été plus touchées, affichant une baisse de 13% de leur part. Ce changement de position de chaîne a créé des problèmes de réception dans les foyers, puisque les foyers équipés d'antennes "numériques" - qui ne pouvaient recevoir que des signaux UHF - ne pouvaient pas recevoir les signaux numériques VHF et que les foyers ne pouvaient pas recevoir ces chaînes sans effectuer un nouveau balayage de leur boîtier de conversion.

La perte d'audience due au réglage des appareils non prêts était plus importante pour les réseaux de radiodiffusion de langue espagnole que pour les réseaux de langue anglaise. Immédiatement avant l'arrêt de la diffusion analogique, 3 % de tous les téléspectateurs des réseaux de diffusion nationaux de langue anglaise provenaient de postes non prêts. Ce chiffre a triplé pour les réseaux de diffusion hispanophones, où 9 % de l'audience provenait de postes non prêts.

Les baisses d'audience ont été influencées par la saisonnalité...
La saisonnalité a également un impact sur l'audience

Ces baisses d'audience ont probablement aussi été influencées par la saisonnalité, et pas seulement par la transition numérique. Les données de Nielsen montrent que l'écoute de la télévision diminue généralement pendant les mois d'été. Un examen des années précédentes confirme cette baisse d'audience à ce même moment de la saison télévisuelle.

Au cours des deux premières semaines suivant l'arrêt de la diffusion analogique, les parts des stations de transition étaient inférieures de 8,4 % à celles des deux semaines précédant la transition. Au cours de la troisième et de la quatrième semaine suivant la transition, les parts des stations en transition étaient inférieures de 9,3 % à celles de la période précédant la transition.

D'après les tendances saisonnières historiques, on s'attend à ce que les stations aient connu des baisses de parts d'environ 2,4 % à 3,6 % au cours des semaines suivant le 12 juin 2009. Par conséquent, la baisse supplémentaire de 4,1 % à 6,1 % qui a été enregistrée au cours des deux semaines suivant le passage au numérique correspond approximativement à la baisse de parts attribuable au passage au numérique. Plus la date s'éloigne de la transition, plus les baisses des stations sont attribuables aux tendances saisonnières, comme l'indique le graphique ci-dessous.

DTV_Chart 4

L'avenir numérique

Grâce à des programmes haute définition très nets et à la possibilité de diffuser simultanément plusieurs programmes numériques à définition standard, la programmation numérique offre de nombreux avantages par rapport à la télévision analogique pour regarder la télévision. Les foyers sont désormais capables de recevoir plus de chaînes que jamais auparavant. Et un examen des parts d'audience avant et après la transition vers les sous-chaînes numériques non simulcast après le 12 juin montre une augmentation, bien que modeste. Nielsen continuera à suivre la croissance de ces sous-chaînes numériques.

Alors que la date d'arrêt de l'analogique s'éloigne, les tendances de 2009 se rapprochent de celles de 2007 et 2008, ce qui indique clairement que les foyers s'adaptent au nouveau paysage numérique et continuent de trouver leur contenu télévisuel.

Continuer à naviguer sur le même sujet