Skip to content
Aperçus > Médias

Le nombre de foyers TV américains augmente d'un million pour la saison TV 2010-2011

3 minutes de lecture | Août 2010

Pour la saison de diffusion 2010-2011, Nielsen estime que le nombre total de foyers TV aux États-Unis atteindra 115,9 millions, soit une augmentation d'un million de foyers par rapport à l'année dernière. Nielsen estime également une augmentation de plus de deux millions de personnes âgées de deux ans et plus (P2+) dans les foyers TV américains, pour un total de 294 650 000 personnes.

us-tv-homes

Principaux marchés locaux

Le classement des 10 premiers marchés de télévision locale est resté inchangé, mais dans le Top 20, la région de Miami-Ft. Lauderdale est passée devant Denver. Aucun nouveau marché n'est entré dans le top 100, mais il y a eu plusieurs changements dans les classements. Austin, TX a connu la plus forte hausse dans le classement des 100 premiers, passant de 48 à 44.

Les 20 premiers marchés TV américains (estimations pour la saison 2010-2011)
Classement 2010-11 2009-10 Rang Marché
1 1 New York
2 2 Los Angeles
3 3 Chicago
4 4 Philadelphie
5 5 Dallas-Ft. Worth
6 6 San Francisco-Oak-San Jose
7 7 Boston (Manchester)
8 8 Atlanta
9 9 Washington, DC (Hagrstwn)
10 10 Houston
11 11 Détroit
12 12 Phoenix (Prescott)
13 13 Seattle-Tacoma
14 14 Tampa-St. Pete (Sarasota)
15 15 Minneapolis-St. Paul
16 17 Miami-Ft. Lauderdale
17 16 Denver
18 18 Cleveland-Akron (Canton)
19 19 Orlando-Daytona Bch-Melbrn
20 20 Sacramnto-Stkton-Modesto
Source : The Nielsen Company

Autres changements notables sur le marché local :

Il y a eu plus de changements dans les classements par rapport à l'année dernière, mais pas autant que les années précédentes. Il y a eu une égalité pour la plus grande augmentation des foyers TV, avec Odessa-Midland et Austin, qui ont tous deux gagné quatre places. La baisse du nombre global de changements de rangs ces dernières années reflète le ralentissement général de la croissance des ménages aux États-Unis et la forte baisse de la migration intérieure, notamment vers les régions de la Sun Belt. Les grandes régions métropolitaines ont perdu moins de population que d'habitude, ce qui est en partie attribuable au fait que les baby-boomers ont retardé leurs plans de retraite, que des personnes n'ont pas pu vendre leur maison ou qu'elles n'ont pas voulu s'éloigner des marchés à fort taux d'emploi. Cependant, la récente augmentation des changements de classement pour cette année semble impliquer que certains de ces phénomènes sont relativement à court terme et/ou dépendent fortement des conditions économiques.

De même, alors que de nombreux marchés de Floride avaient perdu du terrain dans la dernière estimation (Tampa, Miami, Ft. Myers, Tallahassee), en partie à cause du phénomène susmentionné, on constate un certain "rebond" pour des marchés comme Miami et Tallahassee. De plus, d'anciens marchés à forte croissance (p. ex. Las Vegas, les marchés de la Floride) qui ont connu une croissance réduite ou même des baisses lors des deux dernières estimations ont semblé se " stabiliser " (c.-à-d. maintenir leur rang) pour l'estimation la plus récente. Pour tous ces marchés, les diminutions et/ou les croissances ne reflètent pas nécessairement un véritable déclin de la population ou des ménages. Les estimations peuvent également refléter un ajustement pour s'aligner sur les informations les plus récentes du U.S. Census Bureau.

Pour la première fois depuis la période de récupération de l'ouragan Katrina, le rang du marché de la Nouvelle-Orléans a baissé (de 51 à 52). Bien que la population du marché ait augmenté, les tendances récentes du nombre de personnes par ménage (PPH) indiquent que les hypothèses précédentes de PPH étaient trop conservatrices (c'est-à-dire qu'elles supposaient moins de personnes par ménage). Afin de mieux refléter la dynamique démographique actuelle de la région, le ratio PPH a été augmenté pour l'estimation récente, sur la base des données récentes du U.S. Census Bureau, ce qui a entraîné une augmentation plus faible que d'habitude de l'estimation du nombre total de ménages pour cette année, permettant ainsi au marché de Buffalo de dépasser la Nouvelle-Orléans.

Continuer à naviguer sur le même sujet