Skip to content
Aperçus > Sports et jeux

Montez le son : Les amateurs de musique pourraient dépenser jusqu'à 2,6 milliards de dollars de plus par an

3 minutes de lecture | Mars 2013

La musique est le langage universel que les fans parlent couramment. En fait, une étude récente de Nielsen a révélé que 40 % des consommateurs américains - ceux qui sont classés comme fans - sont responsables de 75 % des dépenses en musique. Ces fans, qui dépensent entre 20 et 26 milliards de dollars en musique chaque année, pourraient dépenser entre 450 millions et 2,6 milliards de dollars supplémentaires par an s'ils avaient la possibilité d'accéder aux coulisses des artistes ainsi qu'à des contenus exclusifs. Les résultats de l'étude, présentés cette année au festival South by Southwest (SXSW) à Austin, au Texas, ont montré que le niveau élevé de dépenses d'un groupe relativement restreint de consommateurs de musique domine la part des dépenses globales en musique. Ces grands consommateurs ont indiqué qu'ils seraient prêts à payer encore plus pour des extras exclusifs, comme des mises à jour en studio, des courriels en temps réel, des précommandes, des éditions limitées, des copies dédicacées, des disques vinyles et des feuilles de paroles écrites à la main par l'artiste.

Toutefois, les préférences varient d'un fan à l'autre. C'est pourquoi Nielsen s'est intéressé de plus près aux fans de musique, en analysant les différents comportements en matière de dépenses dans chaque segment.

fichier

Les passionnés

Les fans aficionados sont les plus grands connaisseurs de la musique. Ils aiment la musique d'une variété de genres et d'époques. Ils ont tendance à aimer la musique indépendante et sont toujours en train d'écouter et de découvrir. Ce segment est prêt à dépenser pour tous les formats de musique, y compris les produits dérivés des artistes, les concerts et les services de streaming en ligne. Ainsi, les fans aficionados, qui ne représentent que 14 % de la population totale des consommateurs de musique, comptent pour 34 % de la part des dépenses musicales.

Ventilateurs numériques

Les fans numériques se considèrent comme les découvreurs de tendances, écoutent la musique via les réseaux sociaux et sont très engagés, mais ils ont tendance à être moins au courant des groupes indépendants et des tenants et aboutissants de l'industrie musicale. En raison de leur connectivité étendue, ces fans bénéficient d'un accès gratuit à la radio sur Internet et dépensent moins que les fans aficionados. Bien qu'ils ne représentent que 13 % de la population totale des consommateurs de musique, les fans numériques représentent plus du double de leur part de dépenses (27 %). Ce segment est également plus susceptible d'écouter de la musique sur YouTube que sur la radio (66% et 57%, respectivement).

Ventilateurs de grandes surfaces

Les fans de Big Box s'identifient comme ayant une relation intense avec la musique, plus particulièrement avec les genres pop et country. Les fans des grandes surfaces se connectent à la musique qu'ils entendent dans les films, à la télévision, dans les jeux vidéo et dans les publicités. Ils ont tendance à acheter au rabais et leurs décisions d'achat, notamment en matière de musique, sont fortement influencées par les rabais ou les offres. Treize pour cent des consommateurs de musique sont des fans des grandes surfaces, et ce segment représente une part comparable de 13 % des dépenses.

Les autres 60 % de consommateurs de musique que Nielsen a identifiés représentent 25 % des dépenses.

Consommateurs de musique ambivalents

Les consommateurs ambivalents ne sont pas particulièrement engagés dans la musique, mais ils utilisent des services de radio Internet gratuits comme Pandora pour obtenir du contenu. Ils sont prêts à payer pour un contenu spécial ou unique. Les consommateurs ambivalents aiment la pop, la musique chrétienne contemporaine, la musique contemporaine pour adultes, le hip-hop/R&B et la musique classique. Les consommateurs de musique ambivalents ont un revenu moyen mais dépensent moins en divertissement que tout autre segment. Ce segment, qui représente 22 % des consommateurs de musique, représente toutefois la part la plus importante (un pourcentage encore modeste de 10 %) des dépenses en musique parmi les non-fans.

Consommateurs de concerts occasionnels

Les consommateurs occasionnels de concerts assistent à des concerts pour un artiste ou un groupe préféré. Ils ont tendance à écouter de la musique pendant les heures de travail, mais en écoutent beaucoup moins à la maison. Les consommateurs occasionnels de concerts, qui représentent 14 % de la population des consommateurs de musique, dépensent beaucoup pour d'autres types de divertissement comme les jeux vidéo, mais ne représentent que 9 % des dépenses en musique.

Consommateurs de musique de fond

Les consommateurs de musique de fond sont les moins engagés dans la musique et ils dépensent moins d'argent pour le divertissement en général. Il s'agit d'un segment de consommateurs plus important, qui représente 24 % de tous les consommateurs de musique, mais qui ne compte que pour un maigre 6 % des dépenses musicales.

Méthodologie

Les données de "The Buyer and the Beats : Le fan de musique et comment l'atteindre" ont été collectées par le biais de 1 000 enquêtes auprès des consommateurs utilisant l'ePanel de haute qualité exclusif de Nielsen aux États-Unis, 1 800 contributeurs de PledgeMusic et 1 200 participants au SXSW.