Skip to content
Centre de presse > Entreprise

L'enquête pro bono de Nielsen sur la cécité aux ordures est une incursion dans le bénévolat basé sur les compétences environnementales

4 minutes de lecture | Mars 2019

En septembre 2018 , Nielsen a célébré sa première Journée mondiale du nettoyage. (WCD)-une journée au cours de laquelle nos associés se sont réunis pour diriger et participer à des activités de nettoyage mondial dans leurs communautés tout en sensibilisant à la question mondiale des déchets, l'un des principaux domaines d'intérêt de nos programmes de durabilité environnementale, tel qu'identifié par notre évaluation de la matérialité non financière.

Alors que nous développions nos efforts de volontariat pour avoir un impact à la base par le biais de nettoyages locaux, nous avons appris l'existence d'une opportunité avec la Fondation Let's Do Itl'équipe qui a lancé la Journée mondiale du nettoyage (WCD), pour faire avancer la cause de la gestion des déchets. Nos bénévoles de Nielsen se sont engagés dans un projet Data for Good pour diriger a Nos bénévoles de Nielsen se sont engagés dans un projet Data for Good pour mener une enquête bénévole pour la Fondation afin d'évaluer les perceptions des consommateurs sur les déchets et d'en savoir plus sur la cécité aux déchets. Nos projets Data for Good visent à partager les connaissances et les données de Nielsen sur les consommateurs avec le monde entier, y compris les organisations à but non lucratif et les chercheurs universitaires, afin de faire la différence.

En termes simples, on parle de "trash blindness" lorsque quelqu'un ne voit pas ou ne remarque pas les déchets qui se trouvent devant lui ou ne comprend pas le problème qui y est lié. L'objectif de cette "enquête sur la cécité aux déchets" était de comprendre le véritable impact des grands mouvements de responsabilité environnementale, tels que les journées mondiales de nettoyage, sur les consommateurs. Nous voulions savoir si les nettoyages massifs contribuent à effacer la cécité aux déchets, s'ils modifient les attitudes et les comportements des gens à l'égard des déchets mal gérés et s'ils créent une volonté de trouver des solutions. Comment la Fondation Let's Do It utilisera-t-elle les données ?

Les chefs d'équipe de la Fondation utiliseront les données de l'enquête pro bono dans son réseau de 158 pays pour déterminer l'impact des grands nettoyages et identifier les outils les plus efficaces pour créer un changement durable. L'utilisation de ces données aidera l'organisation à atteindre son objectif d'impliquer 5 % de la population de chaque pays dans les efforts mondiaux de gestion des déchets.

Qu'a fait Nielsen ?

Nous avons adopté une approche à deux enquêtes pour le projet : le premier tour a eu lieu en août 2018, avant la CMB en septembre 2018, et le deuxième tour a eu lieu en décembre 2018 après la CMB. Notre objectif était de voir s'il y avait des changements de comportement à la suite des efforts de nettoyage. Nous avons mené les enquêtes dans trois pays : France, Indonésie et Afrique du Sud. La Fondation Let's Do It a choisi ces pays parce qu'ils représentaient chacun un continent différent et, en cela, les pays où elle s'attendait à une plus grande participation au nettoyage pour son événement de la CMD en septembre.

Premières conclusions

Dans les trois pays étudiés, la participation à la CMD parmi les répondants était la plus élevée en Indonésie (80 %), suivie de l'Afrique du Sud (71 %) et de la France (24 %). L'objectif principal de l'enquête sur la cécité aux déchets étant de comprendre comment les événements de nettoyage de masse peuvent influer sur la sensibilisation aux déchets, la Fondation Let's Do It a analysé les données et a noté un changement dans les réponses avant et après la CMB.

Par exemple, un plus grand nombre de répondants dans les trois pays ont déclaré avoir remarqué plus de déchets après la CMB qu'avant. En Indonésie, 21% des personnes interrogées pensaient que leur quartier n'était pas propre avant la JDC, et ce pourcentage est passé à 24% après la JDC. En France, le pourcentage est passé de 20 à 21%, et en Afrique du Sud, le pourcentage de personnes interrogées ayant remarqué des déchets est passé de 26% avant la CMB à 27% après.

Sur la base de ces données, l'équipe a déduit que les événements de nettoyage comme la CMB peuvent avoir un impact sur la réduction de la cécité aux déchets. Toutefois, de nombreuses variables peuvent influer sur la sensibilisation et la cécité aux déchets, et un effort ponctuel ne suffit pas pour tirer des conclusions générales. Ainsi, un travail continu dans ce domaine, y compris l'examen des données d'enquête au fil du temps, peut contribuer à renforcer les arguments en faveur des actions de nettoyage dans différentes cultures où le paysage de la pollution par les déchets est varié.

Notre apprentissage continu

La cécité aux ordures existe. Il nous est arrivé à tous d'enjamber un déchet sur la route sans même nous en rendre compte. Il peut y avoir de nombreuses raisons de ne pas remarquer les déchets : l'apathie, le manque de données, notre conditionnement, l'absence de ressources ou la faiblesse des infrastructures, pour n'en citer que quelques-unes. Mais quelle que soit la raison spécifique, le problème mondial des déchets nous concerne tous.

Bien que Nielsen continue d'identifier et d'initier des moyens de contribuer à l'atténuation de ce problème environnemental, nous reconnaissons également que des efforts d'amélioration sont nécessaires dans toutes les régions du monde, pour véritablement faire progresser la sensibilisation et l'action. "Notre rôle ici est celui d'un facilitateur et d'un catalyseur", a déclaré Yamini Dixit, directeur de la responsabilité mondiale et du développement durable. "En tant que citoyens du monde responsables, nous nous engageons à utiliser les ressources, les compétences et la plateforme dont nous disposons pour soutenir les personnes et les organisations qui travaillent sans relâche pour combler les lacunes dans la résolution des grands défis environnementaux comme celui des déchets."

Nous continuerons à rechercher des opportunités de volontariat et de bénévolat basées sur les compétences, où nous pouvons soutenir les efforts environnementaux qui affectent les communautés où nous vivons et travaillons dans le monde entier.