Skip to content
Centre d'actualités >

Légère baisse des dépenses médias nettes au premier semestre 2015 : -0.9%

3 minutes de lecture | Octobre 2015

Croissance avec l'internet, le hors domicile et le cinéma

DIEMEN - 19 octobre 2015 - Malgré la reprise économique, les dépenses médias nettes aux Pays-Bas ont légèrement baissé au premier semestre 2015 de 0,9 % pour atteindre 1,78 milliard d'euros. Internet, l'affichage et le cinéma ont vu leurs recettes publicitaires augmenter, tous les autres types de médias ont dû faire face à une baisse des dépenses médias au cours des six premiers mois de 2015. C'est ce qui ressort du rapport semestriel Netto Media Spending 2015 que Nielsen publiera prochainement.

L'évolution des dépenses nettes des médias au premier semestre 2015 a été en contradiction avec la reprise économique, qui s'est redressée sous l'impulsion de la baisse du prix du pétrole. Les dépenses de consommation ont augmenté en conséquence, ce qui s'est traduit par une confiance positive des consommateurs. La confiance des producteurs était déjà positive. La reprise économique a été portée non seulement par les exportations, mais aussi par la croissance de la consommation, la reprise des investissements des entreprises et une forte reprise dans des secteurs clés comme la construction et le marché du logement. Malgré cela, les budgets médias des annonceurs ont diminué.

L'augmentation des dépenses médias nettes sur Internet a quelque peu masqué l'évolution du marché total. Bien que la croissance d'Internet ait été deux fois moins rapide que celle de la même période l'année précédente (7 %), sans Internet, les dépenses nettes totales en médias auraient diminué de plus de 5 %. La télévision et la radio sont en partie responsables de cette situation. Toutes deux ont connu un premier semestre 2014 très positif avec une forte croissance de 6,7 % et 8,5 % respectivement. Au premier semestre 2015, ce tableau s'est soudain révélé très différent : la télévision a perdu plus de 4 %, la radio même près de 5 %.

La presse écrite est restée dans le coin où les coups tombent. Les journaux ont vu leurs recettes publicitaires baisser de plus de 8 %. C'est moins que la baisse de près de 14% enregistrée à la même période l'année dernière. Les magazines publics ont également dû constater que les annonceurs réservaient moins de budget aux publicités imprimées. À 8,5 %, la baisse est légèrement inférieure à celle de l'année précédente (-10 %). Avec -12,5%, les journaux de porte-à-porte ont connu une forte baisse des dépenses publicitaires, comme les années précédentes.

L'out of home, quant à lui, a enregistré une augmentation des dépenses médias nettes pour le quatrième semestre consécutif. Après la hausse de 3 % au premier semestre et de 4,5 % au second semestre 2014, la croissance s'est également poursuivie au premier semestre 2015 : 4.6%. La croissance de loin la plus importante a eu lieu au cinéma avec plus de 50%, grâce notamment à la forte augmentation de 12% de la fréquentation des salles de cinéma et à deux grandes productions néerlandaises (Gooische Vrouwen 2 et Michiel de Ruyter).

À propos de la recherche sur les dépenses nettes en médias

Pour calculer les dépenses médias nettes, Nielsen mène deux fois par an une enquête auprès des éditeurs et des opérateurs médias aux Pays-Bas. Elle demande une déclaration des revenus publicitaires nets pour l'année en question. Nielsen agrège ces déclarations pour obtenir un chiffre total par type de média. Si nécessaire, les chiffres sont pondérés et extrapolés pour donner une image aussi complète que possible de l'importance réelle des dépenses nettes des médias par type de média et du marché.

Les dépenses médias nettes du premier semestre 2015 et leur comparaison avec celles du premier semestre 2014 sont basées sur les types de médias suivants : télévision, radio, cinéma, internet, quotidiens, magazines h-a-h, magazines publics et out of home.

Sur Nielsen

Nielsen Holdings plc (NYSE : NLSN) est une société mondiale de gestion des performances qui fournit des informations sur le comportement d'écoute et d'achat des consommateurs. La division "Watch" de Nielsen fournit des services de mesure de l'audience aux médias et aux annonceurs pour tous les appareils sur lesquels le contenu - vidéo, audio et texte - est consommé. La division "Buy" offre aux fabricants et aux détaillants de biens de consommation emballés la seule vue globale de l'industrie sur la mesure de la performance de la vente au détail. En intégrant les informations de ces deux segments à d'autres sources de données, Nielsen fournit à ses clients des mesures et des analyses qui les aident à améliorer leurs performances commerciales. Nielsen, une société du S&P 500, est présente dans plus de 100 pays, représentant plus de 90 % de la population mondiale. Pour plus d'informations, visitez le site www.nielsen.com.

CONTACT : 

Berry Punt, berry.punt@nielsen.com

####