Skip to content
Centre d'actualités >

Près de 70 % des Britanniques paient un abonnement pour regarder la télévision ou la vidéo à la demande.

3 minutes de lecture | Mars 2016

Les téléspectateurs britanniques sont deux fois moins susceptibles que les téléspectateurs du monde entier de privilégier les services en ligne. 

Londres - 17 mars 2016 . Près de sept Britanniques en ligne sur 10 (69 %) déclarent désormais que leur foyer paie un abonnement pour regarder des programmes diffusés en direct ou à la demande, selon le rapport mondial sur la vidéo à la demande de Nielsen.

Le format d'abonnement TV le plus populaire au Royaume-Uni est le satellite (par exemple Sky), cité par 37% des répondants. Le câble (par exemple Virgin et BT) est le deuxième format le plus populaire (24%), juste devant les fournisseurs de VOD (ou services en ligne) (20%) tels que Netflix et Amazon. La popularité des fournisseurs de VOD au Royaume-Uni est inférieure à la moyenne mondiale (26%).

      

Autre nouvelle encourageante pour les fournisseurs de services par satellite et par câble : les abonnés britanniques sont deux fois moins nombreux (15 %) que la moyenne mondiale (32 %) à envisager de "couper le cordon", c'est-à-dire de remplacer leur contrat satellite/câble par un service en ligne.

"La popularité croissante des services de télévision en ligne continuera à mettre la pression sur des chaînes comme Sky et Virgin, mais il est peu probable que ces acteurs traditionnels de l'abonnement soient remplacés en bloc", déclare Terrie Brennan, vice-présidente exécutive de Nielsen pour le numérique en Europe. "Pour la plupart des téléspectateurs britanniques, les services de vidéo à la demande en ligne et les services d'abonnement traditionnels sont complémentaires. Il est donc plus probable que nous assistions à un "cord shaving", c'est-à-dire que les consommateurs choisissent des formules d'abonnement plus avantageuses auprès des acteurs traditionnels, plutôt que de les annuler purement et simplement. 

Le Royaume-Uni moins demandeur de VODLe rapport mondial sur la vidéo à la demande de Nielsen, qui a interrogé plus de 30 000 personnes en ligne dans 61 pays, révèle que seulement la moitié (51%) des Britanniques en ligne regardent une forme de programmation VOD (qu'il s'agisse de contenu de longue ou de courte durée), contre 65% des personnes interrogées dans le monde. 

Parmi les téléspectateurs britanniques de la VOD, 35% regardent la VOD au moins une fois par jour, contre 43% au niveau mondial.

Le type de contenu visionné au Royaume-Uni grâce aux services à la demande contraste fortement avec celui visionné dans la plupart des autres régions du monde. Les Britanniques sont plus susceptibles de regarder des programmes télévisés (74%) à la demande que des films (64%). Alors qu'au niveau mondial, beaucoup plus de personnes utilisent la VOD pour regarder des films (80%) que des programmes TV (50%). Le contraste est similaire en Europe (77% contre 39%).

      

Brennan conclut : "En Grande-Bretagne, le loup du cordon est tenu à l'écart de la porte par la combinaison d'un appétit relativement moindre pour le contenu à la demande et de la bibliothèque de contenu supérieure de la télévision payante traditionnelle en termes de sports en direct et de disponibilité plus précoce des séries télévisées et des films d'appel."

À PROPOS DE L'ENQUÊTE MONDIALE

Les résultats de cette enquête sont basés sur les répondants ayant un accès en ligne dans 61 pays (sauf indication contraire). Bien qu'une méthodologie d'enquête en ligne permette une échelle et une portée mondiale considérables, elle ne fournit qu'une perspective des habitudes des utilisateurs d'Internet existants, et non des populations totales - ce qui est particulièrement pertinent lorsqu'il s'agit de rendre compte d'une activité telle que le visionnage de vidéos à la demande. Sur les marchés en développement où la pénétration de l'Internet est plus faible, le public peut être plus jeune et plus aisé que la population générale du pays. En outre, les réponses à l'enquête sont basées sur le comportement déclaré plutôt que sur les données réelles des compteurs. Les différences culturelles dans le sentiment de déclaration sont probablement des facteurs dans les perspectives entre les pays. Les résultats rapportés ne tentent pas de contrôler ou de corriger ces différences ; il convient donc d'être prudent lors des comparaisons entre pays et régions, notamment au-delà des frontières régionales.

À PROPOS DE NIELSEN

Nielsen Holdings plc (NYSE : NLSN) est une société mondiale de gestion des performances qui fournit une compréhension complète de ce que les consommateurs regardent et achètent. Le segment Watch de Nielsen fournit aux clients des médias et de la publicité des services de mesure d'audience totale sur tous les appareils où le contenu - vidéo, audio et texte - est consommé. Le segment Buy offre aux fabricants de biens de consommation et aux détaillants la seule vue globale de l'industrie sur la mesure de la performance du commerce de détail. En intégrant les informations de ses segments Watch et Buy et d'autres sources de données, Nielsen fournit à ses clients des mesures de classe mondiale ainsi que des analyses qui les aident à améliorer leurs performances. Nielsen, une société du S&P 500, est présente dans plus de 100 pays et couvre plus de 90 % de la population mondiale. Pour plus d'informations, visitez le site www.nielsen.com.